Grupo Balearia Presidencia Pagina FR

Adolfo Utor

Président de Baleària

Adolfo Utor est né en 1961 au Maroc, dans la localité d’Al Hoceïma, mais il a passé son enfance dans la ville côtière de Dénia, au pied du massif du Montgó. Aîné de quatre frères, aujourd’hui président et actionnaire unique de Baleària, il était déjà à l’école un jeune attaché à la démocratie, à la liberté et au progrès social, conscient que la valeur de l’individu est décuplée lorsqu’il agit en tant que citoyen.

Sans être pour autant une panacée, de nombreuses études associent les activités dans la nature à une plus grande satisfaction, à de meilleures capacités de gestion et, surtout, à une réduction de l’anxiété. « La science a montré que le contact avec la nature guérit. Et pour les personnes en bonne santé, la nature améliore leur bien-être de manière significative », souligne Carmen Velayos, professeure de philosophie à l’université de Salamanque.

Ceci est un sous-titre

À 23 ans, il commence à travailler pour l’ancienne compagnie maritime Flebasa, filiale d’Isnasa, société prédécesseure de l’actuelle Baleària. Il a été vendeur de billets, agent d’amarrage de bateaux, responsable de la billetterie, commercial, délégué administratif à Ibiza, jusqu’à occuper le poste de directeur général de la compagnie en 1990. À ce poste, il lance un processus d’expansion avec l’ouverture de nouvelles lignes qui ont permis de développer le chiffre d’affaires de l’entreprise. Après la faillite d’Isnasa qui a entraîné Flebasa dans sa chute, l’expérience détenue par Adolfo, sa capacité de leadership et l’engagement d’un groupe de personnes ont germé au sein de Baleària. Ce groupe a été créé le 20 juin 1998 avec 16 partenaires fondateurs et 126 travailleurs. Dès le début, la compagnie s’est engagée de manière résolue dans les nouvelles technologies, l’amélioration constante de la flotte et l’ouverture de nouvelles lignes. En 2005, la société a fusionné avec Umafisa, détenue alors par la famille Matutes, M. Utor en étant resté l’actionnaire majoritaire jusqu’à fin 2021, date à laquelle il en devient actionnaire unique.

Baleària est aujourd’hui le premier groupe maritime espagnol avec près de 25 ans de présence dans le transport maritime de passagers, de véhicules et de marchandises, et des lignes reliant tous les jours l’Espagne continentale aux Îles Baléares, aux Îles Canaries, à Ceuta et à Melilla. Baleària est également la seule compagnie maritime reliant les quatre îles de l’archipel baléare. Au niveau international, elle opère au Nord de l’Afrique (Maroc et Algérie), au Sud de la France ainsi qu’entre les États-Unis et les Bahamas.

L’entreprise doit la croissance de son activité au fait qu’elle se veut être une compagnie maritime locale à vocation internationale, avec la conviction qu’elle n’est pas simplement un acteur économique. « Baleària, c’est bien plus que son compte de résultat. C’est un bien commun, un agent social qui jette des ponts entre les régions, qui permet la circulation des personnes et l’échange de marchandises, de cultures et de connaissances », a déclaré Adolfo Utor, convaincu que les sociétés prospèrent si elles possèdent de bonnes entreprises. « Des entreprises avec un corps et une âme, citoyennes et responsables », dit-il de Baleària qui met le cap vers les valeurs de la responsabilité éthique, de l’innovation, de la solvabilité et de la durabilité.

La mission de la compagnie est de réaffirmer chaque jour son engagement envers le développement et le bien-être des habitants des régions dans lesquelles elle est présente. Être une bonne entreprise dont la carte de navigation est l’engagement en faveur des objectifs de développement durable, d’une flotte éco-efficiente et de la transformation numérique. Une philosophie que M. Utor définit comme « un cœur vert et un esprit intelligent ».

Adolfo Utor est leader par instinct et, à ce titre, il souligne qu’il n’y a pas de leadership personnel ou professionnel sans projet ou équipe. Avec l’énergie et l’enthousiasme de ses débuts, le président de Baleària veille à ce que la compagnie qu’il dirige continue à conquérir de nouveaux ports. Ce n’est pas un hasard s’il donne à ses navires le nom de femmes célèbres telles qu’Hypatia de Alejandría, Marie Curie ou Eleanor Roosevelt, pionnières et militantes des droits civiques. À travers ces gestes significatifs, M. Utor et Baleària rendent hommage et prouvent leur engagement pour la modernité, l’innovation et l’excellence. Toute une déclaration de principes d’Adolfo Utor, un homme passionné par la mer, Dénia et Baleària.

Baleària, c’est bien plus que son compte de résultat. C’est un bien commun, un agent social qui jette des ponts entre les régions, qui permet la circulation des personnes et l’échange de marchandises, de cultures et de connaissances.

Ceci est un petit sous-titre mis en valeur

At vero eos et accusamus et iusto odio dignissimos ducimus qui blanditiis praesentium voluptatum deleniti atque corrupti quos dolores et quas molestias excepturi sint occaecati cupiditate non provident, similique sunt in culpa qui officia deserunt mollitia animi, id est laborum et dolorum fuga.

Jour 1

09 h.

Petit-déjeuner à Santa Gertrudis. Au centre de l’île, ce village est l’un des plus pittoresques et célèbres pour sa tradition gastronomique. Le soir, ses rues piétonnes s’animent, mais c’est aussi l’endroit idéal pour un petit-déjeuner à l’écart de l’agitation touristique. Deux bonnes adresses sont le classique Bar Costa, avec ses sandwichs de pain à la tomate et de charcuterie, et le cosmopolite Musset Café, avec un brunch varié, dont des options végétaliennes.

10 h.

Petit-déjeuner à Santa Gertrudis. Au centre de l’île, ce village est l’un des plus pittoresques et célèbres pour sa tradition gastronomique. Le soir, ses rues piétonnes s’animent, mais c’est aussi l’endroit idéal pour un petit-déjeuner à l’écart de l’agitation touristique. Deux bonnes adresses sont le classique Bar Costa, avec ses sandwichs de pain à la tomate et de charcuterie, et le cosmopolite Musset Café, avec un brunch varié, dont des options végétaliennes.

1: Le Bourreau (Luis García Berlanga, 1963)

Les grottes du Drach et Palma dans un chef-d’œuvre du cinéma

Les images de Nino Manfredi, Pepe Isbert et Emma Penella ont été immortalisées dans ce chef-d’œuvre du cinéma espagnol tourné à Majorque. Dans son ensemble. Depuis leur arrivée dans le port de Palma, orchestre compris, et leur séjour dans le quartier de Can Bárbara, jusqu’à cette scène mythique où un policier appelle Nino Manfredi pour rejoindre son nouveau métier de bourreau au milieu du spectacle touristique des grottes du Drach. Il était clair pour Berlanga que le film devait être tourné en grande partie sur l’île, et il en a fait un personnage supplémentaire dans ce portrait caustique du régime franquiste et de l’Espagne du boom touristique.

Profil professionnel

  • Président et actionnaire unique de la compagnie maritime Baleària.
  • Président du Conseil social de l’université d’Alicante.
  • Membre de la Real Academia del Mar.
  • Membre du comité de direction de l’Asociación Valenciana de Empresarios (AVE).
Télécharger le profil professionnel